12 mars 2008

Prose encore

Nu
Avec ta guitare
Tu grattes quelques accords
Sur l'air d'un autre

***

Ton sourire m'a éblouie
Et a laissé dans mon œil
Un fantôme bleu et rose
Qui danse quand ma paupière
Clignote.

***

D'un geste las et hautain,
Je replace mon châle.
Je défends vaillamment
Ce trône vide
Où quelques nabots tentent de seoir
Leurs fesses osseuses.

Voilà la bataille que je livre
En l'absence de mon souverain

Mais lorsqu'il retrouve enfin sa place
Qu'il est bon de voir mille soupirants
Mille embarcations chambranlantes
M'accoster!

Je m'amuse
De son œil posé
Espérant y attiser
Une colère froide

Jalousie! Répond à mon appel!
Écrase tes foudres
Élégamment
Car tu m'as conquise, rappelle-toi!

***

Glorieuse, j'ai dissipé le nuage d'ennui
Qui ternissait ta figure adorée
C'est qu'il n'a pas pu suivre
En cette contrée fertile où poussent
Des fruits mûrs et juteux

***

"Un peu de grenadine, s'il-vous-plaît."

Déjà le papier s'estompe
Les lampées de moins en moins espacées
Je cherche ton inspiration
Entre les rires éclatés
Les pichets ambrés

"Trois tranches de lime, s'il-vous-plaît."

Si un homme bien aimé
Traversait la salle
Il me trouverait
Rose et heureuse
Un peu lourde, peut-être
Car je suis chargée
D'amour et d'alcool

***

Aucun commentaire: