11 août 2008

Leçons pour hommes mal foutus

Bon. Y'en a marre. Je me cherchais un sujet inspirant pour écrire longtemps. Je l'ai. Après avoir lu le dernier billet du Célibataire Endurci, je réalise qu'il y a beaucoup trop de malheureux qui ne savent tout simplement pas s'y prendre avec les filles, et, du coup, plutôt que de se relever les manches, optent pour l'abstinence.

Je juge utile de spécifier que ces "leçons" ne sont le fruit que de mes biens humbles opinions. Notez aussi que ce n'est pas sans humour qu'elles font passer la femme pour une petite bête prévisible, chose qu'elle n'est (généralement) pas.

Oh. Et je ne veux pas voir de cornichons s'insurgeant de ma généralisation. Oui, je généralise. Voilà.


Leçon numéro un: les femmes aiment qu'on leur résiste.

La jolie fille typique (et bien sûr, vous visez tous pour les jolies filles) a l'habitude de se faire complimenter à tout bout de champ, par tous les hommes qu'elle rencontre, tous âges confondus. Elle se fait observer, fixer, dévisager, siffler, et même suivre, parfois. Elle sait qu'elle est jolie, elle a pleinement confiance en ses moyens de séduction, bref, elle a l'habitude d'avoir toute l'attention. Pour vous faire remarquer d'elle, il faut être un peu dur, ne faire aucune allusion agréables ni à son physique, ni à sa personnalité. Soyez chiche en compliments, un peu arrogant, même. Faites en sorte que vos répliques aient du mordant, qu'elles soient un tantinet insultantes envers elle, même. Si vous êtes moindrement habile, elle le verra comme une résistance excitante. Elle dira que vous êtes mystérieux, et tentera par tous les moyens de se faire remarquer. Ne soyez pas à ses pieds: elle a l'habitude que tout lui soit offert. Du coup, si vous ne tombez pas pour ses charmes, vous vous démarquerez des autres, et attirerez à coup sûr son attention. Après ça, reste à savoir si vous lui plaisez ou non, mais ça, c'est une autre leçon.

Leçon numéro deux: Rappelez-lui qui est l'homme
Plusieurs d'entres-vous semblent aux prises avec le rôle du "bon gars", ce grand tendre qui, les soirs de boisson, tient candidement les cheveux de la belle pendant qu'elle vomit, pour ensuite la voir se jeter dans les bras du premier con rencontré. C'est sur vous qu'elle pleure ses histoires d'amour ratées, en vous demandant, à vous, pourquoi est-ce que les hommes sont tous des ordures. C'est à croire qu'elle ne vous considère plus comme un homme. Vous êtes passé au statut de l'ami gai, sauf que vous n'êtes pas gai.

Pour se débarrasser de cette étiquette, il ne faut pas être trop gentil. N'acceptez pas si souvent de jouer l'oreille compréhensive. Il faut une juste dose à toute bonne chose. Ne croyez cependant pas que je vous suggère d'être une brute plate. Non. Dans une situation comme celle-là, vous avez deux options:

1- Entre deux sanglots, rappelez-lui qu'elle mérite quelqu'un de compréhensif, qui sache prendre soin d'elle dans les bons et les mauvais moments (un peu comme vous, tiens)

ou

2- Sachez écouter sans passer pour une pédale

Une femme, ça aime généralement parler. Généralement aussi, elle ne veut qu'être alimentée une fois de temps en temps d'un bon mot ou d'un commentaire, pour ensuite repartir dans ses confidences. Si vous l'écoutez jusqu'au bout et en silence (le silence, c'est viril), tout en vous montrant vivement (mais sobrement) intéressé à ses drames, elle vous sera pleine de gratitude. Vous lui aurez prouvé que vous pouvez écouter sans juger, et ce en gardant tout de même une petite distance: vous êtes un homme, vous ne pouvez pas tout saisir.

N'acceptez jamais de jouer la boniche. Ne soyez pas tout le temps présent pour elle. Instaurez certaines barrières. Aussi surprenant que ça puisse paraître, c'est ainsi qu'on récolte des filles.


Leçon trois: les marginaux baisent.
Les femmes aiment le pouvoir. Le pouvoir passe outre l'argent. Pour être puissant, et par conséquent séduisant, il faut que les autres vous portent du respect, et pour attirer le respect, il faut vous assumer. Il faut afficher vos couleurs aux yeux de tous, et le faire sans gêne, sans embarras. Vous ne savez pas danser, mais êtes invité à rejoindre des amis dans un club? Rester accoudé au bar, pénard, ça ne va pas vous attirer bien des demoiselles. Allez danser. Assumez que vous êtes nul, mais que votre but premier, c'est de vous amuser. Ça prend beaucoup de confiance en soi pour s'offrir en spectacle devant tout le monde juste par désir de s'amuser. C'est s'imposer aux autres, imposer que vous n'avez rien à foutre de leurs jugements, que ce qui vous préoccupe, c'est de passer un bon moment avec vos amis. Les demoiselles vont se sentir attirées à coup sûr. Même si elles disent toutes le contraire avec leurs discours féministes, ce qu'elles veulent, en fait, c'est un homme qui ose, un homme qui s'impose.

Leçon quatre: Ne mentionnez jamais vos aventures homosexuelles.

Leçon cinq: Pleurer parfois, ça fait humain. Pleurer tout le temps, ça fait célibataire.

Sur ce, je vais au lit. Je continuerai les leçons, selon les réactions, après avoir travaillé sur mes révisions...

9 commentaires:

lapinblanc a dit...

Longue vie à la leçon trois.

Le Prodige Str8 a dit...

Ouin ok, je ne parlerai plus de mes nuits endiablées avec Ulrich !

J'aime ca Ulrich, me semble ca fait grand god norvégien shapé !

Ceci dit sans homosexual...isme !

JasMc a dit...

D'accord avec toi sur toi.

Et j'ajoute: maudit que c'est compliqué la game de la séduction, de la romance et de la baise.

Pcq malgré toute les leçons possibles et inimaginables, il y a toujours des nuances à apporter, voire des choses à oublier complètement selon
1-la fille
2-la situation
3-l'événement,
etc...

c'est vraiment un paquet de trouble avouons-le... c'est dommage.
Qqchose de si compliqué à faire qui mène à quelque chose de si simple...

Le célibataire endurci a dit...

@Nayrus
Je ne sais pas si je devrais être fier ou honteux d'avoir inspirer ton billet...
Pour y revenir, je suis au courant de pas mal tous ces trucs (merci quand même), mais j'avoue avoir de la difficulté à appliquer la leçon #2: ou bien je suis trop gentil, ou bien je suis complètement désagréable. Je n'ai pas encore trouvé le juste milieu...

@JasMc
Yep, t'as tout dit. La maudite game de séduction, je m'en passerais bien aussi. :p

Nayrus a dit...

@le lapin: c'est vrai! L'exemple que j'ai pris est tiré de mon expérience personnelle, au club ou je travaille. J'étais témoin des groupes de demoiselles qui gloussaient à qui mieux mieux devant le courageux qui dansait. Ça marche, ça marche, C'EST PAS DES NIAISAGES.

@le prodige: T'as réussi à me faire fantasmer sur Ulrich. Bravo!

@jasmc: Yup. En fait, c'était une série de leçons sur comment me séduire, moi. hahahahaha

@le celibataire: Alors tu peux opter pour la suggestion 1, soit d'être gentil mais wise. Suffit de lui laisser sous-entendre qu'en fait, ce qu'il lui faut, c'est un gars comme toi.

Le Célibataire Frustré a dit...

Ishhh... Je lis tout ça et ça ne fait que confirmer le pourquoi derrière mon célibat. Je me reconnais trop dans la leçon #2 entre autre.

Ceci dit je suis conscient de la plupart des aspects de la game de séduction mais, d'un autre coté, l'idée de devoir jouer une game va vraiment contre ma nature.

De toute façon il me semble que ça commence très mal une relation que d'aborder l'autre en prétendant (en partie) est ce qu'on n'est pas. Genre je suis un tendre mais je vais me donner des airs de dur, je suis attiré par la personne mais je dois faire comme ci ce n'est pas le cas, etc...

Je sais que ça marche comme ça bien souvent (sans vouloir généraliser) mais c'est vraiment pas pour moi tout ça.

J'imagine que c'est comme n'importe quoi, tu l'as ou tu l'as pas... ;)

Ceci dit je ne me décourage par car il y a bien ce bon vieux dicton "A chaque guenille son torchon"... :)

A+

Nayrus a dit...

Faut pas tout prendre au sérieux non plus. Comme je l'ai mentionné au début du billet, dans ce texte-là, ce n'est pas sans humour que je prend pour acquis que les femmes sont des petites bêtes prévisibles.

bettys a dit...

Je suis pas d'accord avec la numéro 1! Pour cruiser une fille inaccessible y a rien de mieux pour le mec de projetter une bonne dose de confiance. Y a rien de plus attirant chez un homme qui sait ce qu'il veut et qu'il est convaincu qu'il peut y parvenir!

Nayrus a dit...

Des hommes qui foncent, c'est bien, mais le trois quart du temps, ils tombent dans l'arrogance.

"Salut, shuis beau, t'as envie de me toucher?"