3 août 2008

L'amour

Je suis en amour.

Chaque demoiselle a une liste de critères plus ou moins réalistes concernant son homme de rêve. Elles le veulent toutes grand mais élégant, musclé mais délicat, viril mais sensible, cultivé mais sportif.

Il est tout ça, et en plus, c'est mon copain.

Si j'étais très grande, et lui très petit, je le mettrais dans ma poche et le traînerais partout.

À ses côtés, j'ai un marshmallow à la place du cerveau.

Lorsqu'il me fait la conversation, mes pensées s'évadent. Je le fixe, je souris, mais lentement, je perds le fil. Ça a déjà été bien pire, par contre. Ça ressemblait un peu à ça:

Regarde-le, regarde-le comme il est beau, comme il est charmant avec son regard lumineux, son grand front, sa joue piquante et sa ses lèvres charnues... Oh, ses baisers grattent et caressent. Ce sont des bisous aigre-doux. Et il fait de grands gestes en parlant. C'est beau. Il parle de ses intérêts, je crois. Il me parle de ses intérêts, et moi, je pense à sa bouche. Je suis immonde.

Bref, je l'aime beaucoup et j'ai bien hâte de le voir tout à l'heure.

2 commentaires:

Pierre-Olivier a dit...

Ça me rapelle moi D:

ze seij a dit...

ha ha je commence a lire ... je me dis , tiens encore une naiserie de la clau quelle a entendu dans le bar en servant les clients... mais a fure que la lecture se fait j'aperçois avec stupeur que c'est d'elle qu'elle parle, franchement clau stop les je cite " À ses côtés, j'ai un marshmallow à la place du cerveau " c'est pas une metaphore digne de la claudia ca bordel , tu pe trouver mieux, alors creuse toi le peu de cervelle qui le reste lol