25 août 2008

Karma dégueulasse - Partie 2

Bon. Je vais coller un passage d'un mail que je viens de rédiger, parce que c'était bien écrit, que que je ne peux tout de même pas vous laisser sans nouvelles. Voici la suite des événements d'hier, avec ma coloc hystérique:

Aujourd'hui, en revenant à la maison, j'ai décidé que c'en était assez, que je devais être forte: j'ai parlé à ma coloc, et lui ai dit que sa réaction d'hier m'avait choquée, et que je ne comptais pas habiter dans de telles conditions. Et après 15 minutes à tourner en rond dans un mélange d'anglais, de français, d'onomatopées et de langage gestuel, j'ai finalement compris ce qui s'était passé, hier.

Lorsque j'ai traversé le corridor pour aller chercher mon ami à l'extérieur, tout était calme. Sa porte et ses rideaux étaient fermés. C'était le noir complet. Il était deux heures du matin.

Lorsque je suis sortie pour aller rejoindre mon ami, un moustique a profité de l'ouverture de la porte pour faire intrusion dans l'appartement. Elle l'a entendu, s'est levée, flambant nue, pour aller le tuer. Elle a allumé, l'a écrabouillé, mais en ce faisant, elle a accroché le fil de la lampe, qui s'est éteinte. C'est à ce moment précis que je suis rentrée, suivie de mon ami. Elle était complètement nue, à un mètre cinquante de nous, dans le noir (sans l'incident de la lampe, deux secondes plus tôt, et elle aurait été baignée de lumière).

Donc. Nous ne l'avons jamais vu, mais elle, elle nous voyait: la lumière des réverbères derrière nous le lui permettait. Elle n'a pas dit un mot. Nous avons pris nos chaussures et avons doucement rejoint la galerie, à l'autre extrémité de l'appartement.

Voilà pourquoi elle s'est mise à crier. Elle était pénarde, à poil dans le salon, à tuer une bibitte, quand je suis débarquée avec un homme, et aie passé à un poil (!) de l'offrir en spectacle. Elle s'est sentie violée. Le coup de la vaisselle, c'était un prétexte pour me montrer sa colère. Elle voulait faire du bruit pour que je vienne lui demander si quelque chose n'allait pas. Me faire aller à elle, donc. C'est une forme de domination.

Donc voilà. Je ne déménage pas. Ça fait toujours un problème de réglé.

8 commentaires:

Pas célibataire a dit...

Enfin un peu de lumière sur cette sombre histoire.

Cependant, ton amie devrait peut-être imaginer ce qui aurait pu se passer de bien si elle avait été vue nue par ton compagnon masculin. Peut-être cet évènement intrigant les auraient poussé à une "gène->discussion pour excuses->verre au bar->grande discussion->ramener mlle à l'apart->bisou->partie de jambe en l'air->mariage->enfant/vie commune->divorce". Ah oui, un moustique peut conduire au divorce. On ne se méfie pas assez de ces petites bêtes. Du coup, elle a bien fait de le tuer.

Nota : acheter un anti-moustique pour l'appart.

Nayrus a dit...

Hahahaha

En temps normal, je lui aurais fait part d'une si amusante idée, mais compte tenu que je suis soulagée de ne plus être en mauvais termes avec elle, je vais garder ça pour moi.

Mathieu a dit...

Comme le dit si bien le proverbe chinois:

À moustique tué, on ne regarde pas la noune

Excuse-moi, j'ai 7 ans et demi.

La preuve qu'il faut toujours aller au fond des choses avant de prendre une décision hâtive.

Vive la (bonne) communication.

Pas célibataire a dit...

Elle ne connait pas encore ton blog ?
Comment se fait-il que les proches ne connaissent jamais l'existence de ces pages où leur vie est comptée, morcélée, analysée pour pouvoir en rire, pleurer, ou tout autre attitude propre à l'homme ?
Ah si seulement elle savait... ça serait un peu comme une boule de cristal, simple à frotter... et si effrayante. Comment la terre francophone entière peut-elle savoir que mlle X aime tuer des moustiques toute nue dans le noir alors qu'elle même ne s'en est pas encore aperçue ? C'est un peu comme le paradoxe de la main qui si proche du coude du même bras ne peut le toucher (mécanique quand tu nous tiens)

Pas célibataire a dit...

Pour rebondir sur les paroles laissées par mathieu voici un proverbe chinois :

"Qui se fait piquer par un moustique, s'inquiéte des moustiques toute la journée. "

que je complèterais de la sorte :

"Qui se fait piquer par un moustique, s'inquiéte des moustiques toute la journée en levant le nez, et marche dans la merde"

Bonsoir.

Stephane a dit...

Fun stuff...

Ton ami s'aurait pas plein je suis sur.

:)

Nayrus a dit...

@Mathieu: J'ai beaucoup ris en lisant ton commentaire, comme toujours.

@Pas Célibataire: Yup. Le principe du blog, dans mon cas, est d'en faire une toile détachée de mon esprit. Je m'en sers comme déversoir. En général, ma vie va très bien, donc j'y écris des anecdotes et des faits cocasses: c'est le reflet de mes humeurs.

Lorsque quelqu'un connaît l'existence de ce blog, ça censure ce que je pourrais dire à son sujet (tout en le gardant anonyme, bien sûr.)

Qu'on ne se méprenne pas, il ne s'agit pas de bavassage, mais plutôt d'une tentative d'éclaircissement. En écrivant la situation, et en ayant vos commentaires, ça m'aide à avoir l'esprit plus clair, et à affronter le problème en pleine connaissance de cause (comme j'ai fait hier)

Donc voilà pourquoi j'ai jugé bon de ne pas faire connaître ce blog à ma coloc: j'ai prévu des problèmes à venir. hahaha

Nayrus a dit...

@ Stéphane: Elle est d'une beauté délicate, du genre qu'on observe avec respect. Je suis sûre qu'il aurait apprécié aussi.