12 janvier 2009

Veux-tu être mon ami?

J'étais barmaid, samedi.

Six heures en ligne. Au début, c'était un peu boiteux, mais après une heure, je me prenais pour Grand Tendre. Awaye, trois quatre verres préparés en même temps. Deux bouteilles dans chaque main, à les faire couler d'un seul geste, comme si j'étais extraordinaire.

Pas de shooter, par de mesures, moi je fais tout à l'oeil. Oups, un once et demi ici, deux onces et quart par là, c'est pas grave, c'est pas grave, mon boss est loin, il m'a pas vu échapper la bouteille dans le verre du client.

Un homme se présente au bar. Drôle de coupe de cheveux. Urbain branché. Petite cravate. Il me commande un vermouth. J'ai pas d'olives. Il est déçu. Je fais des blagues. Il me regarde longtemps et me dit que je suis un amour. Il me laisse des pourboires de gars décontracté, et à toutes les fois qu'il s'éloigne pour aller danser, il me fait un clin d'œil.

Je l'aime, lui.

Je le regarde s'éloigner, et espère secrètement que le grand brun qui l'accompagne va le saisir par les hanches pour une salsa endiablée.

Pas juste parce que ça aurait été émoustillant, non, mais bien parce que ça aurait signifié que mon sympathique client est gai, et que j'aurais par conséquent pu lui proposer mon amitié sans qu'il ne s'imagine que je souhaite me le farcir.

Parce que je ne m'entoure que d'hommes. J'ai deux copines de filles. Deux. Ma meilleure amie, et Cristine, la fille qui a plus de talent que moi dont je n'entends plus parler depuis qu'elle est en amour.

Et franchement, je suis heureuse pour elle.

C'est que je m'entends, de manière générale, beaucoup mieux avec les hommes. Pas de comparaison, de compétition féminine.

Je parle, ils m'écoutent. J'aime ça demême.

Ce qui est compliqué, par contre, c'est d'approcher un homme sans qu'il pense qu'on fasse des détours pour dézipper son pantalon.

Dans ma toute petite jeunesse, j'étais une grande fan du "veux-tu être mon ami". Simple, clair et efficace, le message était toujours bien compris.

De nos jours, advenant que les adultes soient aussi honnêtes entre-eux, ça sonnerait plus comme ceci:

-Salut! Veux-tu être mon ami?
-Tu veux qu'on couche ensemble? Okay!

Mais la formulation qu'on utilise réellement est beaucoup plus complexe. C'est qu'on se donne la peine de bien spécifier tous les aspects de notre requête, les petits caractères du contrat, pour éviter les malentendus.

-Salut! Écoute, tu m'as l'air vraiment le fun comme personne, et je cherche rien, j'ai déjà mon chum que j'aime, mais j'aimerais ça qu'on se revoit à un moment donné, autour d'un café ou quelque chose, juste pour parler.

-Tu veux qu'on couche ensemble? Okay!

Ils en viennent toujours au même constat: elle tourne autour du pot pour me demander une baise.

Comme si entre hommes et femmes, l'amitié n'existait pas.

Et bien voilà, c'est qu'elle n'existe bel et bien pas. D'un côté ou de l'autre, il y a toujours un parti qui ne dirait pas non si on lui proposait une petite vite. Bien sûr, personne ne va jamais l'avouer, non.

"Mon amitié est dénudée de toute concupiscence!"

Mon oeil. Mon big fat oeil que je tire vers le bas pour accentuer l'incrédulité.

La réelle amitié entre hommes et femmes est fondée sur une tension sexuelle légère, très légère, qui complète une dynamique affective. On a l'impression d'aimer une personne d'avantage si on se voit coucher avec elle.

Ça ne veut pas forcément dire que les deux partis se désirent, cependant. J'ai plusieurs amis qui m'inspirent autant au sexe qu'une carcasse au soleil, mais j'en ai d'autres qui, secrètement, me plaisent bien.

Mais ça ne signifie pas pour autant que j'accepterais leurs avances si avances il y avait (au contraire, ça me mettrait probablement très mal à l'aise, et l'amitié serait brisée), mais c'est cette attirance subtile qui rajoute un petit intérêt de plus à la relation.

C'est comme ça. Et si vous y croyez pas, questionnez-vous sur vos beuveries entre amis. Une petite baisse d'inhibitions rend souvent les chummys bien alléchants.

Alors voilà. Finalement, mon petit urbain branché n'était pas gai, et compte tenu de ses yeux si doux à mon égard, je me suis gardée de lui donner mon numéro.

Faudrait pas jouer avec le feu non plus.

7 commentaires:

Louis a dit...

Nice shoes, wanna fuck?

Le penseur d'anodin a dit...

L'amitié entre hommes et femmes n'existe pas à moins d'un dédain physique d'un côté ou de l'autre.

Bonne journée.

La Brunette a dit...

C'est pour ça que la plupart de mes amis de gars sont gais. Ce sont pas des filles, mais ils ont les propriétés de celles-ci, la plupart du temps.
Et t'es sure de jamais coucher avec eux.

Le penseur d'anodin a dit...

Pas fou.....

Mais si je décide de me mettre ami avec des lesbiennes, je risque quand même d'avoir le goût.....

Onirique a dit...

Wow tellement belle synthèse de l'amitié entre homme et femme! J'adore!
Viens me voir sur mon nouveau blogue www.eclosiononirique.wordpress.com

Pinocchio a dit...

Un peu d'accord avec toi.

La Shirley a dit...

http://megotzille.blogspot.com/2009/01/limportance-de-lami-fifi.html