13 mai 2009

Le crachat

La nuit est fraîche dans ma ruelle.

Le métal de l'escalier me fait froid aux fesses, le sang ne se rend plus à mes orteils, mais je suis bien, je m'en fous, je me zippe jusqu'au cou.

Les pneus des voitures crissent.

J'aurais préféré des criquets.

Tandis que je volute, un chat me regarde avec ses deux billes cosmiques.

Profites-en le chat, tu ne me verras plus pour bien longtemps.

C'est que je déménage, voyez-vous.

Ça faisait des mois et des mois que je me raclais la gorge.

Et ce soir, ça y est, mon gros crachat était fin prêt, et il a coulé et coulé jusqu'à ce que ma porte rebondisse, jusqu'à ce que ma poignée creuse le mur.

Elle surveille la température, qu'elle m'a dit.

Une autre augmentation, qu'elle m'a dit.

Du ruban adhésif sur mon thermostat, qu'elle m'a mis.

Qu'elle aille se faire foutre.

Je l'ai regardée.

Longuement.

Mon meilleur thé infusait dans son eau froide.

Elle ne parlait plus, elle reprenait son souffle, et ses petites mains frêles, ses petits bras maigres tremblotaient de rage.

C'était à mon tour de parler, mais je ne parlais pas, et elle, elle avait besoin d'un moment pour se recharger.

Et ça m'a finalement explosé aux lèvres.

J'EN AI PLEIN LE CUL

Elle aurait blêmi si elle n'avait pas autant haï les peaux blanches.

DE TOI PIS DE TES ESTI DE RÈGLES DE COMMUNISTE À MARDE

Un poisson mort qui fixe.

JE CRISS MON CAMP DEMAIN

La saveur des mots soulageants me vibrait en bouche.

Elle est devenue tranquille, toute tranquille, presque douce, comme si elle m'aimait, un peu.

-Pas demain, toi pas parti demain, j'ai lé examens impôtants, pas le temps checher new colocataire.

J'ai claqué ma porte, j'ai claqué mon placard, j'ai reclaqué ma porte pour l'effet, et je suis sortie.

C'est que pour l'occasion, je suis allée chercher la moitié de bâton qui restait au fond de ma boîte qui pue.

Me voilà assise dans la ruelle.

La vie est belle.

Je ne sais pas où je vais aller, mais je vais me débrouiller.

Pour l'instant, mon souffle est blanc et opaque, et lorsqu'il ne m'étouffe pas, il m'amuse bien.

9 commentaires:

Minerve a dit...

Baon, il était temps que tu quittes cette coloc des plus étranges!

Ça faisait des drôles d'anecdotes et de bons billets, mais ça devait pas être plaisant tous les jours...

Si j'ai bien compris, ça a été décidé sur un coup de tête, alors t'as nulle part où aller?

Tu vas faire quoi? On peut partir un téléthon, si tu veux... Mais j'suis comme pas sûre qu'on réussirait à passer à TVA. :P

Mélo a dit...

FÉLICITATION ! Oh que ça a du faire du bien !!! Minerve a raison ça faisait de très bon billets... mais la colère contenue trop longtemps fait faire de la rétention d'eau, et ça c'est pas bon et pas beau.

C'est donc le coeur en fête que je te lève ma tasse, santé à toi !

J'suis pas du tout inquiète, tu vas te trouver un autre endroit où faire ton nid et continuer ces billets d'"humeurs de colocataires"... en moins abrasifs !

Samantha a dit...

Ton voisin pourrait peut-être t'accueillir ;)

Maudit que ça fait du bien claquer les portes quand on est fâché. Moi en tout cas, ça me défoule, pour vrai.

Philippe-A a dit...

Je me demandais justement comment tu faisais ça pour endurer ça.

C'est dingue la colocation quand on y pense. Je vois des couples qui s'adorent hésiter pendant des mois avant de passer à la grande étape d'habiter ensemble.

Mais on s'engage à habiter pour un an avec une personnne qu'on a vue 20 minutes. Après 11 colocs, j'ai préféré le petit 3½ miteux où je peux rentrer quand je veux avec qui je veux et y faire ce que je veux aux compromis incessants de la vie de colocs.

Et pourtant J'ADORE les gens!

Mathieu a dit...

Ce n'était qu'une question de temps avant que le wok ne saute.

Se sentir bien chez soi, c'est une extrapolation d'un besoin primaire chez l'être humain.

Ta qualité de vie va augmenter automatiquement à tous les niveaux quand tu vas te sentir chez toi, chez toi.

Bonne recherche et, à l'avenir, tente d'éviter les annonces louches sur kijiji car, le gars qui cherche un coloc, c'est probablement le même qui cherche genre une bonne odeur de jeune bat qui le fait full bander.

LeDZ a dit...

Justement, Tchendoh parlait qu'il cherchait un appart... vous pourriez en trouver un à deux ;)

Cannelle a dit...

Quand je lis toutes ces histoires de colocs, j'ai l'impression que c'est plus simple de trouver un mari. ;)

Boubou a dit...

Bon débarras...

Anonyme a dit...

Bravo, que de soulagements pour toi :)