21 août 2009

Amin

C'était ma soirée.

La coloc se préparait à quitter pour le mois. Elle vidait ses tiroirs, et moi, j'avais envie de danser le twist.

J'avais pris soin d'ouvrir toutes grandes ouvertes les portes de l'appartement.

Entrez, le bon vent, le bon air. Véhiculez son odeur, évacuez son parfum, que je me gave de son absence pendant un mois tout grand.

Et j'étais là, dans ma chambre, avec la figure tartinée d'argile à papoter virtuellement, lorsque je crus entendre carillonner la porte d'entrée, mais je n'attendais personne, et c'était impossible qu'elle reçoive si tard, le soleil était couché depuis deux bonnes heures, au moins.

Je risquai un oeil rond, une joue crémeuse hors de ma chambre.

Se tenait dans l'entrée un petit arabe bedonnant, d'apparence bon papa et mari fidèle.

Il me regardait comme on regarde un petit animal à travers les branches d'un arbre, et moi, j'ai fait comme si j'étais la reine du quartier, j'ai marché dignement jusqu'à la salle de bain avec ma robe de chambre en serviette et mon masque craquelé.

Il devait venir réparer le câble ou répandre la Bonne Nouvelle, très peu pour moi merci beaucoup.

À ma sortie, il était encore là, avec son sourire pincé qui lui donnait un air de très gros crapaud.

-Um Clawdi! Pou-tu veni? que j'entends du fond du salon.

Non, non, je retournais à ma chambre, le visage neuf, la nudité confortable. Non, non, vraiment, laisse-moi tranquille.

-Donne-moi un instant, je m'habille.

Je suis ressortie avec le vieux t-shirt de Tchoukball que le Grand Tendre m'a prêté et que je ne lui ai jamais remis, et c'était bien assez présentable pour le chic duo qui m'attendait au salon.

-Clawdi, moi pâti mais tou va avoir lé nouveau colocataire pou lé mois.

Je regarde mon quarantenaire poilu jusqu'au yeux, avec ses bottes en été sur mon tapis d'entrée et sa montre en or plaqué bien trop large même pour son poignet viandé.

La terre ne tourne plus, mais ma tête, oui, beaucoup.

-Enchantée, monsieur.

Je lui tends une main qu'il sert volontiers.

-No, no, pas lui. Ici.

Il y avait un troisième comparse que je n'avais pas vu. Un troisième comparse de six pieds passés, avec un âge qui ressemble au mien, un ventre dur et une grande paume ouverte.

-Salut. Moi c'est Amin.

-Salut. Claudia. Enchantée.


Et on s'est serré la main longtemps, et c'était pas si mal, finalement.

18 commentaires:

t4n a dit...

Amin ça sonne presque comme Amen ;)

the other one a dit...

hooo interesant !

La Shirley a dit...

Y'a de ces revirements je vous jure ...

Rousse a dit...

Yay des nouvelles histoires bientot! :) hehe

Anonyme a dit...

Ayoye!! vraiment garce ta coloc ... elle ne pouvait vraiment pas quitter un mois complet sans louer sa chambre ? Et te laisser savourer ce mois de liberté! Tu es certaine qu'elle n'a pas lu ton dernier post ?? P-être qu'elle a eu peur que tu te venges de ce qu'elle te fais subir depuis un moment déjà?! Au moins ... c'est un mec, donc plus facile à vivre avec ! :o)

une Championne a dit...

hihi, un beau petit coloc. Ça va faire pleins de nouvelles histoires ça!!

Flo et Dan a dit...

Finalement, ça risque de s'avérer intéressant, non...?

Hâte de voir la suite, haha.

Anonyme a dit...

some interracial lovin'

Celle qui passe a dit...

Il va s'essayer. Ils le font tous, avec tout ce qui porte une jupe...

Anonyme a dit...

@ Celle qui passe
Oh là là! Mais ce qu'elle est sexiste la p'tite dame! On a aussi des sentiments, très chère, faut juste s'y attarder un peu!

pmdrouin

Christine a dit...

" et c'était bien assez chic pour le duo jaune et brun qui m'attendait au salon. "

De très mauvais goût :-(

Nayrus a dit...

@Christine: Je sais. En l'écrivant, j'ai serré des dents, un peu.

Christine a dit...

T'aurais dû serrer plus et ne pas l'écrire ;-)

D'une jaune ...

Nayrus a dit...

@Christine: Mais faut comprendre le contexte, aussi. Elle, elle est d'un jaune pas beau, du genre qui veut s'étendre et jaunir tout ce qui existe.

Christine a dit...

La différence entre s'attaquer à Miss ta colocataire et la couleur de sa peau, est que tu passes d'une personne à un bassin de personnes. Que tu jumèles maintenant à un tiers... De couleur brune. Attention à tes propos qui "pourraient" être interprétés pour du racisme... Ça me touche particulièrement, l'ai-je remarqué plus que quelqu'un d'autre ? Peut-être. Et j'en suis dégoûtée.

Nayrus a dit...

@Christine: Je cherche à surprendre, à faire sourire, à faire grimacer. Ne le prends pas personnel.

:)

Celle qui passe a dit...

L'Anonyme : sans doute. Ils durent le temps que dure l'effet nouveauté. Been there, many times.

Nayrus : Ce qui serait drôle : tu trouves un super nouveau logis. Tu déménages avant le retour de la coloc. Et elle est prise pour partager son loyer avec celui qui reste. Hon!!!

Silke a dit...

Nayrus, qui travaille dans un club ou la clientèle est majoritairement afro-americaine, raciste?
Je te rassure Christine, son ecriture est blanche de toute forme de racisme.
N.B. Jutilise un terme de couleur sans aucunes forme de racisme! Si ya un cracker qui reagit, jle tabasse!!
:D