16 novembre 2009

La vie la vie

J'habite ici maintenant.

Un monticule de pomelo dans une soucoupe blanche, avec sa pulpe nue et luisante. Une chandelle droite et belle pleure en flaque, le pied bien planté dans le cadavre d'une soeur.

Une lampe. Malgré le boulon nu de son bouton sauté, son abat-jour ayant eu de meilleurs jours et l'éclat disparu de son socle, sa lumière est somme toute correcte.

Un vieux carquois de flèches de bois. Une boîte de fer (200 7.62 MM CARTRIDGES) couverte de poussière. Trois bustes blancs, Beethoven, Mozart et Beethoven encore. Un bâton de hockey au manche de ruban roulé serré. Une courte-pointe qui gratte. Des raquettes de bois vernis. Une paire d'appui-livres en granit. Un chandelier de bronze avec le petit Jésus mort entre les branches.

Des cartons, des sacs, les miens, qui ne contiennent rien d'urgent, éventrés depuis un mois déjà.

Une pelure de banane fleurit dans un verre. Ma brosse à dent repose au coin du bain. Un tiroir ouvert. Mon séchoir dans le couloir. Un panier plein de culottes. Des piles de vêtements sur lesquelles on ne doit pas piler.

Marilyn Monroe seule sur un mur est plantée sur un clou qui était destiné à autre chose.

C'est ma chambre dans un coin du salon, avec mon lit, ma douillette, mon bon matelas, mon fauteuil saumon, mes colliers, mes crèmes et mes livres.

Bref, le père de mon coloc est décédé, et moi j'ai éparpillé ma vie tout autour.

2 commentaires:

Bian a dit...

:o) de nouvelles histoires de coloc bientôt ?! ... Youppi!!!

nina a dit...

VIOLENCES+VOL :

Ceci est une tentative de gros scandale public bien gênant et qui limite étonnement les pressions qu'on peut subir, tant j'ai dû mal à trouver un avocat malgré mes efforts, afin de régler ce problème de non respect de mes droits les plus élémentaires, ce que je le conseille à chacun qui peut avoir des ennuis avec ce gros connard de sarkozy ou sa clique de clowns de flics minables des renseignements : je suis donc en train de régler un petit problème du genre détail avec cette grosse tache de si peu président de la république Française, en lui envoyant un avocat - difficile à trouver pour un simple citoyen mais on insiste - pour mises sous surveillance illégales, lynchage numérique inspiré de bonnes vieilles méthodes qui ne déplairaient pas au ku klux klan, lynchage qui n'a mobilisé personne sur le web ou dans la presse, actes de violence et pressions à mon égard et plagiat, par une grosse pétasse, vulgaire et ridicule et qui passe à la télé, ” comme si de rien n'était ”, de mes petits textes web.

Quant a sarkozy, s'il n'aime pas le web, et s'il n'aime pas la rue qui sait, la preuve, très bien se défendre, qu'il la quitte !

PS- Bien évidemment, s'il s'agit de calomnies, et qu'en plus on trouve désagréable de se faire insulter, il ne faut surtout pas hésiter à porter plainte en retour. BLOG ETC - nina