18 août 2008

Pauvre fille, dans le fond

Ça m'est arrivé aujourd'hui, et c'est le processus mental que j'ai eu sur le coup qui me fait rire. L'art de reconsidérer quelque chose de parfaitement noble et la réaction insultante et gratuite qu'elle suscita, et d'en faire un gros guilt trip.


Me promène dans la rue, croise une fille avec les yeux maquillés d'une très jolie manière. Je lui dis "Hey wow, t'es yeux, c'est beau, j'veux dire, c'est original"

Elle me jette à peine un regard, sourit froidement et continue son chemin.

Pis là, j'feel croche.

Pourquoi? J'ai pourtant rien fait de mal. C'est pas moi qui suis dans l'erreur ici. J'ai fait un compliment, c'était une bonne intention. C'est elle, l'air bête, qui devrait mal se sentir. Quel snobisme.

À moins qu'elle ait mal interprété mon message. "Original", ça peut être compris comme une autre manière de dire "laid"

"Ah wow... ben c'est....c'est original, hein?"

C'est ptête ça.

Ou à moins qu'elle ait passé une mauvaise journée. Ah, ça ça se peut. Si je passais une mauvaise journée, je ne voudrais pas qu'on vienne me parler, même pour me faire des compliments. En plus, les compliments sans aucune arrière-pensées, ça n'existe pas ou presque. Elle a dû croire que j'essayais de la séduire, que j'étais lesbienne. C'est sûrement ça. Elle a crû que j'étais gouine. Pauvre fille, dans le fond.

Ouais, j'aurais jamais dû la complimenter comme ça. Je sais pas à quoi j'ai pensé.

4 commentaires:

Mathieu a dit...

haha, moi aussi j'over-analyse toujours la réaction des gens.

D'après moi, les gens ne sont pas prêts à se faire parler dans la rue par un étranger à Montréal, même pour recevoir des compliments.

La pauvre fille a sûrement fait la même réflexion que toi quand tu as pèté sa bulle de fille qui marche nonchalamment sur le trottoir avec les yeux maquillés. Elle s'est sûrement demandé si tu étais sarcastique ou non, s,est sentie insécure et esquissé un sourire dans le doute et la panique la plus totale.

Y a tellement de sarcasme et de cynisme autour de nous, qu'on fini par se méfier de tout le monde et qu'on n'est pas du tout en mode "Réception de compliment" envers les autruis louches qui gambadent en nous faisant part de leurs réflexions sur notre apparence.

Moi je n'oserai jamais dire à un gars sur le trottoir "Wow, Yé beau ton tattoo de face de mort que t'as dans le front" de peur que ça soit mal interprété.

Nayrus a dit...

Oui, mais on s'entend que ça venait d'une fille qui ELLE AUSSI avait les yeux maquillés.

Je suis sûre que ton inconnu aurait été très touché de recevoir un compliment concernant son tattoo, si toi aussi tu en avais eu un dans le front. Reste à savoir un tattoo de quoi. Te connaissant, il s'agirait peut-être d'un portait de Bruni Surin de profil, embrassant femmes, poupons et médailles d'or sans distinction.

Le célibataire endurci a dit...

Moi, je pense qu'elle a pensé que tu te foutais de sa gueule et que son sourire voulait te dire "vas chier". Après tout, les femmes sont constamment en compétition entre elles en ce qui a trait à leur beauté (pis j'invente rien, c'est le résultat d'une étude sérieuse en psycho-sociologie).

L'important, c'est que t'en ri maintenant. :)

Silke a dit...

Ouais ben ton étude, monsieur le célibataire endurci, elle t'a parlé de la compétition entre hommes? Personnellement, je la trouve aussi forte sinon plus que celle entres femmes.
Mais on s'entend, je n'ai pas fais d'études en psycho-sociologie.
Juste du gros bon sens. :3

Claudia, tu me fais rire. C'est comme avec le dude à la plage qui avait le crâne rouge. Faut croire que t'a pas appris ta leçon. Les gens de méfient de tout et de n'importe qui.
Sauf... Au Camélia sinensis. Quand on entre au Camélia, on entre dans un univers parallèle ou les gens sont sympathiques, engagent des conversations sans distinction d'âge, de look ou du sexe de l'interlocuteur. Personne ne regarde personne de travers, c'est agréable.
Il me faut une dose d'univers parallèle.