2 septembre 2008

Mon prof a un stretch

Bon. Mon premier cours était drôle. Mon prof de Littérature et Psychanalyse a un fort accent français. Il semble dépourvu de cou. Qui plus est, il zézeille ET parle du nez. Combo magnifique.

Par contre, il connaît sa matière à fond. Je suis emballée.

C'est bien que mes profs soient un peu étranges. Comme ça, je me concentre mieux. J'ai eu un prof que je trouvais particulièrement attirant, il y a deux ans. J'ai passé les 45 heures de son cours à lui fixer les mains. Ça a fait mal à ma moyenne générale.

À mon entrée dans le pavillon, certains profs accueillaient leurs étudiants avec de belles poignées de mains. Un de ces messieurs portait un complet qui lui allait comme un gant. Il avait une grosse voix. J'aurais bien aimé qu'il me donne la fessée plutôt que la main.

Ah, soit dit en passant, mes craintes par rapport au cours étaient fondées: sur environ cinquante personnes, il y avait cinq phallus. Cinq. Et un de ceux-là était un intellectuel de quarante ans, avec des petits yeux pétillants.

Eille, t'as quarante ans. Reste donc chez-vous.

Mais non, j'ai rien contre les gens qui ont raté leur vie et qui essaient de se rattraper même si c'est trop tard. Mais si y'a quelque chose qui m'énerve, c'est les fatigants qui posent trop de questions.

"Je vais conclure le cours sur ceci s'il n'y a pas de questions. Y a-t-il des questions?"

Et il lève sa main. Okay, c'est correct, il a une question, ça se peut.

Sa question n'était pas pertinente. Okay, c'est correct, il a quarante ans.

S'en suivit un dialogue de cinq bonnes minutes avec le professeur. Et nous, les quarante-neuf autres étudiants, on trouvait ça vraiment plaisant.

Le pire, c'est que je suis un peu comme ça. Sauf que moi, je fais mieux: je me lance dans des débats épiques avec le prof. Je me plais à l'informer que je ne partage pas ses opinions. Ça aussi, c'est plaisant.

Après le cours, j'ai fait du slalom entre les étudiants avec ma liste de livres à acheter. Je voulais absolument arriver première au magasin de livres usagers. J'ai pris un livre sur les névroses. LES NÉVROSES. Je suis toute excitée.

Donc j'ai acheté ce qu'il me fallait, ai fait des photocopies, et ai revendu le superflu à une camarade de classe rencontrée en chemin.

BUSINESS WOMAN!


... Soit dit en passant, je blague pas mal, mais c'est bien de retourner aux études. Ça prouve une belle soif d'apprentissage, et y'a pas d'âge pour ça. Donc, mères au foyer insurgées, de grâce, ne mitraillez pas mon pauvre blog.

8 commentaires:

Pas Célibataire a dit...

C'est quoi un stretch ?

Pour le vieux, respecte-le. de toute façon il va encore se mettre minable dans les prochains cours.
Du coup tu vas trouver adorable qu'il soit si obstiné en dépit de sa faible intelligence. Tu vas discuter un peu avec lui à la pause, il te dira qu'il est barman le week-end pour se marrer.
Tu le considéreras d'une autre manière.
Et puis tu le retrouveras nul alors tu riras de lui avec les autres niaiseuses et un jour vous apprendrez qu'il s'est suicidé. Et deux jours après, plus personne ne se rappelera de lui.

Moralité : do not talk too much, or rent a brain to help your small one. 5$/day only, with 24 months renting contract at www.rentabrain.com.

Pas Célibataire a dit...

correction :
http://www.rentabrain.com.br/

vérifié. le site existe bien

Nayrus a dit...

Ça c'est un stretch.

http://smg.photobucket.com/albums/v136/sano_chan/?action=view&current=oreillestretch.jpg

Oh non, le monsieur, il est intelligent. Il aime juste trop rappeler aux autres qu'il est intelligent, justement. Je ne rirai pas de lui. Il ne mérite pas ça. Mais dans le confort de mon anonymat, sur le net....

Hip hip hip hypocrisie!

Le célibataire endurci a dit...

"Un de ces messieurs portait un complet qui lui allait comme un gant. Il avait une grosse voix. J'aurais bien aimé qu'il me donne la fessée."
Coudonc, vas-tu devenir comme Marie-Kiki? ;)

Pour le gars de 40 ans, c'est peut-être pas tant qu'il a raté sa vie qu'il l'a tellement bien réussie que maintenant, il se permet d'étudier pour le simple plaisir! Je ne veux pas être méchant, mais ce n'est pas en littérature qu'on trouve les meilleures jobs (quand on en trouve...).

Nayrus a dit...

C'est qui Marie-Kiki?

Et je sais PARFAITEMENT que le mec de 40 ans avait très probablement réussi son existence, et qu'il retournait à l'école par plaisir.

Ceci est un blog. Il vise le divertissement. Dire "il y avait un charmant monsieur qui disait des choses très sensées: c'était enrichissant." c'est pas mal plate.

Vous m'aimez avec du mordant, non?

Le célibataire endurci a dit...

Marie-Kiki, c'est "l'héroïne" des romans de Marie-Sissi Labrèche, Borderline et La Brèche (et du film Borderline). J'ai lu La Brèche, dans lequel la fille est amoureuse de son prof de littérature, mais je ne pense pas que tu sois aussi névrosée que l'héroïne (qui est, on l'aura deviné, borderline).

Je n'avais pas tellement aimé le livre (je trouvais Marie-Kiki trop extrême) jusqu'à ce que je vois Marie-Sissi en entrevue à Tout le monde en parle. Elle était juste trop hot. :)

Anonyme a dit...

mon dieu!!!!!! j-e j. !!!
je l'ai eu en littérature érotique!

Nayrus a dit...

HAHAHAHAHA

Mon dieu, quelqu'un l'a reconnu. Je suis démasquée.