11 octobre 2008

Deux

Tout le monde cherche. Ceux qui trouvent sont rassasiés, mais tôt ou tard, ils devront chercher encore, cette-fois avec de moins bonnes dispositions. On fouille, avec nos plaies mal cicatrisées, notre méfiance due aux trahisons qui s'accumulent, et cette foutue estime qui se ramollie, qui craint de perpétrer les échecs passés sous de nouveaux visages.

Et c'est pareil, partout, tout le temps, les sites de rencontres font fureur, les amis tentent de matcher les amis, et les célibataires courent les rues, l'œil qui guette, toujours. C'est un party de p'tits regards où les lèvres sont enfermées dans un placard.

Car bien sûr, on se contente de zieuter. Parler, ça serait risquer de s'exposer.

Et on est malheureux! On voudrait aimer! On voudrait être aimé! On envie ceux qui ont trouvés leurs pairs, mais au fond, à quoi bon.

Être seul, c'est être confronté à soi. Voilà pourquoi le célibat, ça gratte, ça démange, c'est inconfortable. Il n'y a plus d'échappatoire, plus personne sur qui nous appuyer, qui nous permet de ne plus penser pour nous-même. C'est angoissant.

En couple, on peut enfin s'oublier. Et les jours défilent. C'est tranquille.

Être deux, c'est ne jamais apprendre à se connaître.

Et c'est une fois seul qu'on réalise qu'au fond, on ne s'aime pas.

7 commentaires:

louisss_1 a dit...

Je te conseille le venlafaxine XR, c'est miraculeux!

Mais sans farce, je ne te connais même pas, mais je t'Aime! Je te fais un gros cybercalin.

Fait toi un bon gros chocolat chaud, regarde une vue de fille, pis ca va se passer ;)

le neurone ectopique a dit...

En couple, on peut enfin s'oublier, dis-tu.
Je dirais plutôt qu'en couple, il faut savoir parfois s'effacer pour faire un peu plus de place à l'autre.
Mais que l'on demeure confronté à qui nous sommes, confronté à toutes nos limites d'autant plus facilement qu'elles se heurtent souvent à celles de l'autre. Difficile de croire que l'on puisse ainsi être heureux.

Et pourtant, ceux qui sont seuls cherchent un regard où se perdre.

Ne vaut-il mieux apprendre à s'aimer, même si c'est juste un peu, avant d'aller se chercher dans les yeux d'un autre ?

Le cavalier de la deuxième chance

Stephane a dit...

Le défaut du couple, selon moi, c'est la quête un peu naive d'essayer de créer l'équation 1+1=1 alors qu'on est jamais plus et jamais moins que '2' lorsque nous sommes en couple.

Facheuse habitude que de toujours vouloir évacuer la logique pour ne pas confronter le gros bon sens.

Hang'in there...

Anonyme a dit...

commentaire surprenant de vérité pour une "ex-pucelle" de 20 ans....
Quand on est deux, on cherche tellement a "connaitre" l'autre, qu'on en oublie sa propre évolution...
Le célibat c'est génial pour ça : apprendre a se connaitre.
C'est loin d'être facile, mais quel plaisir de se découvrir, de se faire confiance et de s'aimer tout simplement...
Car la terre entière peut nous aimer, si nous on s'aime pas....on ne sera jamais heureux....

Phil
Un célibatire de + en + heureux....(après 14 ans de vie commune)

Le célibataire endurci a dit...

Belle réflexion en effet. Tu commences à découvrir mon monde, où le temps passé seul mène à beaucoup (trop?) de réflexions. Le problème, c'est que le jour où tu retombes en couple, les chances que tu oublies toutes ces réflexions sont plutôt élevées.

Onirique a dit...

Quel merveilleux texte!
Quand je lis tous les blogues de ces gens célibataires, je me sens mal de me plaindre de ma vie a deux, alors que je suis avec un copain merveilleux.
Mais tu décris mon besoin et ce qui me fait peur en même temps: je n'ai pas été seule depuis longtemps, je n'ai jamais osé m'affronter.
Et je ressens ce besoin maintenant, même si cela me terrifie.
Je me sens prise, étouffée, je me sens dans une peau trop petite.
Mais voila, je lis tellement de gens célibataires qui détestent leur état, ca me fait peur de le désirer. J'ai tellement souhaité trouver chaussure a mon pied... et maintenant je suis avec quelqu'un avec qui je me sens bien, mais JE ne suis pas encore bien.
Alors je crois qu'il faut que je me confronte, seule a seule.
Wow, ton texte m'a fait réfléchir!

dean a dit...

Ce petit texte, je l,aime bien.

Et c'est vrai, tout à fait. C'est ce que je prône pour bien des gens, d'enfin passer du temps seuls, pour réellement se regarder dans la glace, et ne plus s'appuyer sur l'autre, et enfin se découvrir. Good.