10 octobre 2008

La fenêtre

Je marche vers la station de métro. J'ai mal. Chaque pas, j'ai mal. Mes pieds de fers ne sont pas infaillibles, pas assez entraînés. Une petite ampoule a réussi à percer.

Je m'installe dans le wagon, dépose mes effets personnels et féminins sur un banc vacant et retire mon gros running shoe.

Tiens, mon bas a un trou.

Scandale chez les usagers! Tous les regards se confondent vers le trou, vers la fenêtre où pointe mon fier orteil.

Retire le bas, étend un diachylon, tranquillement, amusée des regards enveloppant la nudité hypnotisante de mon pied.

Mais qu'est-ce qui se passe chez les gens? C'est quoi cette tendance curieuse, vicieuse, toujours à l'affût de la moindre parcelle de non-conformisme? C'est vraiment choquant, un bas, un trou, un pied? Ça mérite un malaise, un oeil rond et incertain?

Faut se trouver des passe-temps quand notre vie est plate à ce point-là.

2 commentaires:

Le célibataire endurci a dit...

Ils avaient peut-être tous un fétiche de pied et que finalement, leur montrer le tient était l'équivalent de te promener dans la rue sans chandail en montrant ton soutient-gorge...

Claudine... a dit...

J'aime mieux ton trou dans ton bas que ceux qui se clippent les ongles d'orteils! :)