14 janvier 2009

Le culturiste

Je suis au gym.

Deux lulus, une serviette autour du cou, un pantalon moule boule, je suis une professionnelle.

Je vois un culturiste. Les culturistes me font toujours rire. Ils sont difformes et aiment le hockey. Ils portent des camisoles de filles, ou des t-shirts avec les manches découpées, pour exhiber leurs gros bras en plastique, et quand ils forcent, ils grognent et deviennent tout rouges.

C'est magnifique.

Je vois un culturiste, donc. Je me dis "allez, va faire ta mignonne". Je lui demande conseil sur l'utilisation d'une certaine machine, une machine dont je me contrefous, avec trop de coussins, de poignées et de poids pour que j'arrive à discerner son emploi. Il m'explique comment l'utiliser en utilisant des termes savants et inutiles, comme glycogène et pliométrie, et moi je l'écoute en souriant, parce que c'est important d'écouter en souriant quand tu t'affaires à être mignonne.

Ce qu'il ne sait pas par contre, c'est que je souris parce que je suis en train d'imaginer son tout petit monsieur.

-Bon, on va te faire essayer ça. Assis-toi ici. 20 lbs, c'est parfait, vas-y.

-Ben non! 20 lbs c'est pas assez! Mets-moi en 40, shuis pas mal forte pour une fille.

Il jette un coup d'oeil à mes bras.

-Ah. Bon, 40 d'abord.

Et là, je lui parle de mon père qui soulevait des voitures dans sa jeunesse, et les concours de force qu'il gagnait, et les garçons que je battais au bras de fer, et les chemises aux manches trop étroites que je ne peux porter.

-Attends. Me laisses-tu terminer ma série avant de commencer les tiennes? M'en restait juste huit à faire.

-Ouais okay, pas de problème.

Il s'installe, charge la station à 375, soit au maximum possible, se brasse les mains, souffle un peu puis pousse, pousse vite vite vite, et fait 8 séries en 15 secondes.

Trois cent soixante-quinze livres. Huit fois.

Et moi, j'étais en train de me vanter d'en soulever quarante.

Il s'est levé, a sautillé un peu sur place, et est reparti les bras ballants, fier comme un coq.

J'aime les culturistes.

4 commentaires:

La bête a dit...

Oh my God... Tu as TELLEMENT fait sa journée à lui!

Pauvre gars, il doit tellement se faire des idées comme il est hot...

Vraiment, j'ai trop ri. Des histoires comme ça, je pourrais aussi en raconter, mais tu l'écris trop bien pour que je m'y risque. :)

Celui qui blogue a dit...

Heille, on part un concours de «je "bench" plus que toi».

Heille Nayrus, je Bench plus que toi... Dans tes dents !

Sérieux, j'ai bien ri aussi. Good story young girl!

Nayrus a dit...

Merci les boys.

Mais Monsieur Blogue, je refuse ton concours. J'ai pas envie d'avoir des saucisses à la place des bras.

Ceci étant dit, je bench sûrement plus que toi quand même.

dean a dit...

Trop cute comme histoire. Mias j'arrive pas à trouver ce que je trouvais cute.

Les lulus, le 40lbs, ou le gros culturistes qui essayaient de faire son smatt, ou les pensées niaises que tu avais en tête pour être mignonne.

Cute.