27 janvier 2009

L'homme cassonade - 5e partie

Cette partie devrait être intitulée "l'époque des vingt-cinq sous", parce qu'il ne se passait pas une journée sans qu'il se vide les poches dans une cabine téléphonique.

Je lui laissais des messages à tout bout de champ, lui racontant ma vie en entier sur répondeur, et souvent, lorsque je l'avais finalement au bout du fil, je n'avais plus rien à lui dire.

Et dès qu'il recevait un de mes messages, il arrêtait de travailler, sortait pour trouver un téléphone public, et se dépêchait de me rappeler parce qu'il savait que j'allais lui en vouloir s'il avait le malheur de me négliger.

Et je lui racontais toujours trente-six mille conneries de petite fille gênée qui veut paraître assez occupée pour avoir une vie, mais pas assez pour qu'on n'ose pas l'inviter.

"Salut! Il est midi trente-six et je t'appelle! Aujourd'hui, je prévois peut-être voir une amie, mais ce n'est pas trop sûr encore. J'ai fait un peu de ménage, et j'ai retrouvé une vieille jupe dans mon garde-robe. J'pense que tu vas l'aimer, elle est comme rose avec des pois blancs. En tout cas, j'ai des choses à te dire, donc rappelle-moi! bip."

Le bip à la fin, c'était moi qui appuyait sur une touche pour pouvoir écouter mon propre message et le refaire quinze fois.

Et je comprenais très mal le principe du beeper.

Bip, compose ton numéro et raccroche, on va te rappeler.

Non, moi, pour avoir toutes les chances de mon côté, je lui laissais des messages vocaux qui lui disaient de me rappeler.

"Salut! Rappelle-moi! clic"

Il devait donc déposer cinquante sous, écouter mon message qui lui disait de me rappeler, raccrocher, redéposer cinquante sous et me rappeler.

Et à toutes les fois qu'il le faisait, c'était avec un grand sourire fâché, parce que je l'énervais, je l'énervais tellement, mais il ne pouvait s'empêcher de me revoir.

[À continuer]

2 commentaires:

KattyKane a dit...

Au début, avec mon copain je l'appelais au moins 10 fois par jour. Je voulais tout le temps lui parler. Je l'appelais aussitôt que j'avais la moindre question sur n'importe quel sujet.

Ton histoire me rappelle mon histoire, et ça fait toujours du bien de se souvenir d'histoires heureuses.

t4nne a dit...

Moi j'ai bien beau l'apeller mais il est 'wise', il n'a pas pris de boite vocale en option sur son cellulaire :P