11 mars 2009

Mais non madame

Je me lève ce matin au milieu d’un rêve très vif. Sommeil parfait, réveil limpide, je suis d’humeur légère.

J’accroche mes rideaux tout grands ouverts, m’attarde un moment à un épais nuage noir percé de lumière.

Je saute dans la baignoire, la vapeur gondole les pages de mon livre, mais il ne s’en trouvera que plus beau. Je passe un coup de fil au Tendre et me prépare tranquillement pour mon cours.

À peine en retard, je m’arrête pour acheter une salade de pâtes et un grand casseau de fraises, que je mangerai candidement dans le métro.

J’ai pas mal plus faim que je ne l’aurais cru. Sitôt montée dans le wagon que je déballe mon butin, et engloutis fraise sur fraise entre deux bouchées de pâtes. Et les baies sont si larges qu’il me faudrait les croquer en de menus morceaux, mais je ne veux pas me tacher les lèvres, je préfère les gober en entier en me couvrant la bouche des doigts.

Et je mastique, je mastique, les mâchoires toutes grandes ouvertes, tentant tant bien que mal de pousser de ma langue le fruit immense, et à peine écrasé de mes molaires qu’il est avalé et sitôt remplacé.

Je vide le casseau et la moitié de la salade en quelques stations à peine. Vraiment, j’étais affamée.

Arrivée à la station Berri, je me lève, lourde mais repus. Alors que j’ajuste mon manteau, une femme, celle qui me faisait face dans le wagon, me fait un petit signe.

Dans sa main, une carte d’affaire.

Elle est psychologue, spécialisée en troubles alimentaires.

Et à mes « mais non madame », une main sur mon épaule, inlassablement, elle me répondait qu’elle n’était pas là pour me juger.

La prochaine fois, je mangerai mieux.

9 commentaires:

Anonyme a dit...

le «mais non madame» la bouche pleine ?

;-)

Cat

Gen a dit...

Tu aurais dû lui répondre que c'était d'une toilette pour aller vomir que tu avais besoin, pas d'une psy. Sa réaction aurait sans doute été comique.

Mephisto a dit...

L'hiver nous gruge de l'énergie et il faut mettre davantage de charbon dans la locomotive...

Malorie a dit...

Calvaire, une salade et des fraises... Si tu manques de job, va te planter devant le A&W pour recruter!

Mathieu a dit...

Si j'avais été dans le wagon de metro, je t'aurais lancé de petits regards fruités.

mariecookie a dit...

toi je crois que je suis jalouse de ta facon d'écrire....lol....tu as une facon d'expliquer les choses...tout semble palpitant...tu nous parlerais de ta toast que tu as beurrée avec du beurre de peanut que ca serait interessant....je te jure ...je crois que tu es mon idole sur blogger...lol...;)

Le Détracteur Constructif a dit...

Les gens ont de ces façons de gâcher le plaisir, j'vous jure!

MaX DeB a dit...

Bon... Là, ça veut-tu dire qu'on va devoir se méfier de ce que tu vas nous proposer comme bouffe pour finir la soirée après le Blog Off?

Valse a dit...

je la prendrais, moi, sa carte...

J'ai un sal problème de bouffe.