9 avril 2009

Clapotis et désolement

Berri Uqam, je prends place dans le wagon, dépose mon sac et ses huit tonnes, et alors que les portes se referment, il y a un bras qui s'impose, un intrus qui s'équartille une place à bord.

Je libère le siège de mon sac, et le nouveau venu s'y assis.

Les yeux ambres et les cheveux en de grandes boucles dorées, il a un foulard roulé serré, un col en V d'où dépasse la peau de son torse nu, un chic petit veston, et au genou de son jean, un trou rebelle. De son sac bandoulière dépasse le goulot d'une bouteille de rouge, il est le stéréotype de l'universitaire branché.

Il semble nerveux. Il a le nez collé dans son reflet, et replace ses cheveux sans arrêt. Je lui imagine un rendez-vous galant. J'imagine la demoiselle à l'autre extrémité, qui court dans la maison brosse à dents en bouche et la tête en serviette, avec un bordel dans son coffre à maquillage et trois tenues étendues sur son lit.

Ça me fait sourire.

Puis j'arrive à ma station, et nous nous levons tous deux, escaladons les marches côte à côte, et il emprunte même ma sortie, mon côté de rue.

Comme c'est excitant. Je ralentis le pas, je le laisse me distancer. J'espère le voir s'arrêter à une adresse, se présenter à une porte, se racler la gorge, replacer son veston, balayer ses cheveux, et dans une grande bouffée d'air, faire sonner le carillon.

Mais il ne semble pas vouloir m'accorder ce plaisir, il continue à marcher et je suis bientôt arrivée chez-moi.

Il s'arrête au milieu du trottoir et fouille sa poche. Je le dépasse, déçue.

Je sors mes clés, monte mon escalier. Ses yeux vont et viennent d'un bout de papier aux adresses numérotées. Après quelques secondes, il roule le papier en boule et entame les marches menant à mon appartement.

Quoi?

Je me retourne.

Il me salue poliment.

J'enfonce mes clés, tourne la poignée, et s'il a à me suivre, si ma coloc a gagné le gros lot, il me fera sûrement signe.

Il ne sonne pas. Il ouvre la porte menant à l'escalier de mes voisins, et continue son ascension.

C'est bien que ma voisine invite des amis. Depuis que son amoureux est parti en voyage, l'appartement est demeuré étrangement silencieux.

Je dépose mon sac, enlève mes souliers, je me coule un verre d'eau, en donne les dernières gorgées à mes plantes négligées.

Et c'est roman en main, le chignon relevé, que dans mon bain, j'ai entendu ma voisine clapoter.

14 commentaires:

Missaa a dit...

J'aime :)

Stephane a dit...

Adultère et printemps ... quelque part, ça rhyme.

Cannelle a dit...

J'adore tout ce que tu écris...

Gretchen a dit...

Oh!
Je les trouvais si mignons, si ceci et cela.
Oh non non non!

SoJi a dit...

C'est triste,je les trouvais mignons, mais semble-t-il quer ta voisine est une salope O.o. J'suis d'ac avec Canelle par contre, ta facon d'écrire rend tout intéressant.

Louis a dit...

Une autre astie de charrue calisse!

Nayrus a dit...

Vous êtes tellement rapides sur le jugement.

Ça m'écoeure un peu.

Mais merci pour les beaux compliments.

Cybèle a dit...

Moi aussi je vous trouve très rapide sur le jugement, ou tous simplement, vous avez l'esprit déformé par vos fantasmes.

Qui est ce qui vous dit, que ce n'est pas un ami qui l'aide pour préparer une belle surprise, pour le retour de son amoureux. Ou tout simplement le beau universitaire, est son frère.

Vous allez voir dans la suite de l'histoire, Nayrus, vas aller emprunter du sucre à sa voisine et là, l'universitaire va voir réellement la beauté de Nayrus et ce seras le coup- de foudre et peut-être qu'on aura le droit à une suite légèrement plus osée. ;-)

-A a dit...

@ SoJi & Louis: Vous avez raison. C'est vrai que dans toute l'histoire de l'univers, c'est probablement le pire cas d'adultère qui n'ait jamais été... Je vais dire comme Nayrus, vous êtes vite sur la gachette.

@ Nayrus: Je sentais ton petit coeur battre d'espoir sous ton sein généreux.

Math B a dit...

Ah, donc, c'est ben correct parce qu'il existe pire?

Le beau sophisme! hahahahahaha!

La Shirley a dit...

C'est peut-être pas fin ... Mais c'est surement le fun... enfin
Tes textes sont tous ravissants ! Et les Kijiji en cas de déprime sont ma nouvelle prescription !

Buko a dit...

T'as une écriture très visuelle, très précise, j'aime beaucoup, ça fait changement et pour être franc, je me demande un peu comment tu fais... Moi, je n'y parviens pas!

D. a dit...

Écrit comme ça, son chum ne pourrait même pas être faché! :P J'aime bien ce petit blogue je repasserai ! :)

Narcisse a dit...

Une histoire comme ca c’est toujours le fun quand tu n’es pas le conjoint qui est en voyage ;)
Un chum en voyage, une blonde volage.
Je dis ca sans juger la ch…. la voisine.